La Transeuropéenne et autres Véloroutes

Présentation

Bonjour,

Depuis 2009, je voyage régulièrement à vélo. J'ai découvert ce moyen de voyager un peu par hasard en voulant découvrir le Canal de Nantes à Brest puis ce fut tout de suite après un long voyage vers Berlin. Voici les liens vers ces voyages

- 2016 : Le centre du Portugal de Aveiro à Sintra

- 2015 : Copenhague-Paris : Randonnée pour le Climat

- 2014 : Pays Basque Français et Espagnol

- 2013 :  Tours-Mont de Marsan

- 2012 : St-Nazaire - St-Malo - St Nazaire

- 2011 : Mulhouse - St Nazaire par l'Eurovélo 6

- 2010 :  Maubeuge - Berlin

Bonne lecture !

Posté par city-voyager à 22:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 mai 2016

Retour

 Lisbonne

Après une nuit au camping de Lisbonne, je commence à plier mes affaires quand il recommence à pleuvoir. Est-ce le déluge annoncé par le serveur à Santa Cruz? Pour l'instant pas vraiment alors, je m'élance vers l'aéroport. Mais effectivement 10 min après, il pleut beaucoup. L'itinéraire vers l'aéroport est plat mais les pistes cyclables sont très mal faites, elles s'arrêtent soudainement, reprennent plus loin parfois derrière un mur, bref, c'est incompréhensible. J'arrive à l'aéroport trempé de nouveau. Je commence à démonter les pédales et l'une des deux résiste bien 10 min, j'emballe le vélo et me présente au comptoir. L'emballage ne leur plait visiblement pas, mais ça passe. Par contre il ne passe pas dans le rayon X. Je dois démonter la roue avant, heureusement qu'il me reste un collier de serrage dispo pour attacher la roue au cadre.

Je m'inquiétais de monter dans l'avion trempé mais avec la pluie torrentielle, tout le monde est trempé rien quen parcourant les 50m qui nous séparaient de l'avion. Le steward nous accueille avec ce message "Bienvenue à bord du navire Transavia à destination de Nantes".

Posté par city-voyager à 22:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 mai 2016

Sintra - Lisbonne

Sintra (51 km)

Dernier jour de vélo et bonne nouvelle, même si le ciel est gris, il ne pleut plus.

DSC05836Je visite rapidement le petit port d'Ericeira et ses bateaux à sec

DSC05841Cette ville est surtout réputée pour être une des capitales du surf

DSC05845En milieu de matinée, je m'adonne à mon pêché mignon : café + pastel de nata

DSC05847Souvent les bars ne paient pas de mine mais à l'intérieur, c'est joliment décoré et très fréquenté

DSC05853la côte est toujours aussi découpée mais comme on se rapproche de Lisbonne, il y a plus de monde, donc ça donne ça : des maisons collées les une aux autres.

DSC05857J'avais deux options : soit continuer par Cabo da Roca et suivre le Tage jusqu'à Bélem ou soit passer par Sintra et rentrer en train à Lisbonne. Le temps est très moyen, je m'arrête à Praia das Maças (plage des pommes !), j'y mange du poulpe aux "Grelos" et je monte à Sintra en suivant le tramway

DSC05859que j'apercevrai de loin

DSC05864Beaucoup de touristes à Sintra, mais cette ville est unique

DSC05867avec ses palais un peu partout dans la ville

DSC05868En fin d'après-midi, j'embarque non sans mal mon vélo dans le train et je rejoins le camping. Fin de l'aventure !

Trajet Ericeira - Sintra

Posté par city-voyager à 22:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 mai 2016

Ericeira

Ericeira (58 km)

Ce camping est vraiment très étrange : il faut insister pour payer et pouvoir sortir

DSC05808Tout est baché

DSC05809la zone camping est un terrain vague. Mais c'est pas cher du tout.

DSC05811Il fait humide ce matin et je commence par rouler le long de la plage sur ce paletage

DSC05813

ça grimpe direct. Dans les villages, on a l'impression parfois de revenir des années en arrière

DSC05815Je me perds parfois même avec le GPS

DSC05820et parfois le nom du village est tout à fait approprié

DSC05824Vers 11h00, il commence à crachiner puis vers midi, c'est de la bonne pluie. Je me réfugie dans une patisserie, café, glace, journaux,... en attendant que ça passe. Ça ne passe pas. Je pousse jusqu'à Santa Cruz pour manger. J'en profite pour discuter avec le serveur qui a travaillé au Sénégal. Il m'annonce que la pluie va s'intensifier vers 16h00 mais que le pire est pour après-demain et que ce sera le déluge.

DSC05826Je repars, il me reste 25 km que je ferai sous une pluie battante. Je coupe par la route pour éviter trop de dénivelé

DSC05830et après 2 heures sous la pluie, j'arrive enfin à Ericeira trempé, trempé, trempé. Ma veste n'est pas étanche, mon pull est trempé.

DSC05834Au camping d'Ericeira, malgré la pluie c'est la grosse fête locale avec grosse musique populaire. Je trouve un coin tranquille et je mets toutes les affaires dans le seche-linge car dans mon malheur ce camping est très équipé. Je me rentre dans ma tente très tôt avec un bon bouquin. La pluie ne s'arrêtera qu'à l'aube

Trajet Areia Branca - Ericeira

Posté par city-voyager à 22:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 mai 2016

Areia Branca

Praia da Areia Branca (93 km)

Il fait un peu moins chaud aujourd'hui, ce qui n'est pas plus mal, car mes mains souffrent de ce soleil

DSC05731Il faut tout d'abord contourner la lagune d'Obidos qui fait une vingtaine de kms de long

DSC05736et au bout de la lagune se dresse Obidos et ses remparts

DSC05741ça grimpe pas mal pour y accéder et je traverse le village à vélo. C'est pas facile avec le monde. Nous sommes un mercredi matin en mai, je n'ose pas imaginer ce que cela donne un weekend en été ! La spécialité, c'est une liqueur de cerise servie dans des verres en chocolat : la Ginjinha

DSC05749et je repars vers la côte

DSC05750Je passe au Vau

DSC05762et sur un petit pont de bois qui ne tenait plus guère que par un grand mystère et deux piquets tout droits. C'était ça ou faire un grand détour

DSC05766Les cabanes de pêcheurs

DSC05775Après des traversées de lotissements pas construits, de golfs pleins d'Européens du Nord puis de tenues maraîchères pleines d'Européens du Sud, j'arrive à Baléal, où je profite de la terrasse pour manger un Bifana et prendre une bière

DSC05776tout en regardant les élèves des nombreuses écoles de surf

DSC05780Le bout de l'île

DSC05784Puis j'arrive à Peniche, port de pêche le plus à l'Ouest d'Europe

DSC05786La pointe est très sauvage, encore plus qu'au Croisic

DSC05791On y tourne des films

DSC05802Après encore quelques reliefs bien raides, j'arrive à Praia da Areia Branca. Le camping est très bizarre, occupé principalement de mobile-homes tous bachés en beige. Mais je suis à 20 m de la plage

DSC05804Je m'offre un somptueux repas avec vue sur mer et vin frais pour le prix d'un menu Big-Mac en France

DSC05805Et je ne sais que choisir comme dessert entre la bave de chameau et la sciure. Je ne me refuse rien, je prends une île.

Trajet Foz do Arelho - Aireia Branca

Posté par city-voyager à 22:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]


03 mai 2016

Foz do Arelho

Foz do Arelho (49 km)

Une fois couvert de crème solaire, je quitte Nazaré, et dès la sortie ça grimpe dur...

DSC05685 en à peine 5 km, je suis déjà à 180 m d'altitude

DSC05690mais rien à dire, le paysage est maginifique

DSC05693le guide m'emmène sur des chemins que je suis content de faire un jour de beau temps et avec un VTT

DSC05694mais les paysages méritent vraiment le coup. L'impressionnante plage de Gralha n'est pas accessible de la route

DSC05698Autre curiosité : São Martinho do Porto avec sa baie très protégée des vagues et du vent

DSC05699La baie fait un demi-cercle parfait. J'en profite pour déjeuner de 1 kg de Mexilhões com Batatas Fritas (moules-frites) qui semble être une nouveauté ici.

DSC05712Après quelques sévères grimpettes, j'arrive à Foz do Arelho, à l'embouchure de la lagune d'Obidos

DSC05717Il y a beaucoup de vent, ce qui ne décourage pas les baigneurs

DSC05721et surtout pas les kite-surfeurs.

J'abandonne l'idée d'aller faire un tour à Caldas da Rainha. Il fait trop chaud

DSC05727Je me prépare une Feijoada que je partage avec mes nouveaux amis.

Trajet Nazaré - Foz do Arelho

Posté par city-voyager à 21:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mai 2016

Nazaré

Nazaré (50 km)

Petite étape aujourd'hui sous un soleil radieux. Il faut absolument que je trouve de la crème solaire pour mes mains

DSC05620La nuit fut très calme au camping. Quasiment personne à part quelques mobil-homes

DSC05625Première étape à Praia da Vieira, on en est encore désensabler les rues.

DSC05628Puis une longue piste cyclable toute droite sur des dizaines de kms. Les herbes qui envahissent la piste dégagent une délicieuse odeur.

DSC05633Quelques dénivelés quand même pour accéder aux plages

DSC05635et quelques rares surfeurs

DSC05648vers midi, j'arrive à Nazaré par la partie haute (O Sitio) située à 110 m et qui domine la baie

DSC05651Après m'être installé au camping, je descends en ville vers la plage

DSC05653où sêchent les poissons

DSC05654qui sont vendus directement sur place

DSC05657Je teste l'eau et sans grande surprise, elle est froide !

DSC05674Le phare devant lequel les plus grandes vagues du monde ont été surfées. Ce ne sera pas pour aujourd'hui, il fait un temps splendide et la mer est vraiment calme

DSC05679Les vieilles dames portent toujours le costume traditionnel et cela ne semble pas être du folklore pour les touristes.

Trajet Pedrógão - Nazaré

Posté par city-voyager à 21:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 mai 2016

Pedrogão

Pedrogão (89 km)

La nuit fut très agitée à cause du vent qui soufflait très fort, mon vélo est tombé juste à côté de la tente.

DSC05579Je quitte le camping après un petit déjeuner léger. Dès que j'atteint l'autre côté la ville, le vent tombe. Le camping se trouve à la sortie des gorges du Mondego, ce qui doit créer un effet Venturi assez puissant.

DSC05581A partir d'aujourd'hui, j'utilise le guide de Ecovias do Portugal très pratique avec sa description succinte du parcours mais surtout la trace GPS. Je rejoins donc les rizières de l'estuaire du Mondego. Les cigognes ont colonisées les pylônes, l'Alsace est battue à plates coutures

DSC05582

DSC05584A Tentúgal, je goûte la spécialité locale judicieusement appelée Pastel de Tentúgal, une crème aux oeufs dans une pâte feuilletée

DSC05587Je traverse des champs que l'on inonde abondamment, probablement des rizières.

DSC05588J'arrive à Montemor-o-Velho, absolument déserté en ce dimanche qui est également le jour de la fête des mères

DSC05595Comment on dit "Je like" en Portugais ? "Ah moi, j'aime !"

DSC05596C'est la fête au village mais il est encore un peu tôt même si le cochon grillé avait l'air excellent

DSC05598Je poursuis un peu et il n'y a plus que des tracteurs amphibies dans des rizières à perte de vue. Je commence à avoir chaud et à souffrir de coups de soleil. Dans le village de , je m'arrête au restaurant O Pescador et demande dans mon portugais approximatif si je peux manger. Il faut attendre 45 min. J'hésite mais je ne suis pas sûr de trouver quoi que ce soit ensuite (ce qui s'avèrera judicieux) donc j'attends et après une certaine attente devant une bière, on me sert un bife (steack) gigantesque.

DSC05602La route ensuite est assez vallonée et je commence à souffrir des coups de soleil, je mets un chemise à manches longues mais je n'ai pas pris de gants.

DSC05605Il y a des grandes pistes cyclables avec des accès compliqués ou inexistants. Et j'arrive au camping de Pedrogão. Je paye et on ferme derrière moi. Il est 18h00 ! J'ai eu de la chance car il n'y pas un camping à 40 km à la ronde !

DSC05611Voilà, j'ai rejoint la côte. La mer est assez agitée.

DSC05616Après un délicieux bar grillé dans le seul restaurant ouvert de la ville, je pars faire un tour sur la plage. Les bateaux ne sont plus hissés par des boeufs mais des tracteurs, par contre les pêcheurs partent toujours de la plage et quand on voit les vagues, ce ne doit pas être évident tous les jours.

DSC05619Je fais un tour dans la station balnéaire, la saison n'a pas commencé, tout est désert  et envahi par le sable

Trajet Coimbra-Pedragão

Posté par city-voyager à 21:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 avril 2016

Coimbra

Coimbra (57 km)

Finie la grimpette, je redescends vers Coimbra.

DSC05535J'étais le seul campeur parmi les 5 clients du camping. On est en montagne, donc il fait frais à l'aube et mon duvet est plutôt pour l'été. Je me réchauffe avec un petit déjeuner au réchaud.

DSC05538puis visite rapide de Luso, station thermale un peu désuète

DSC05543mais bon, l'eau doit avoir des vertus exceptionnelles pour qu'on en remplisse des dizaines de bidons de 5 l.

DSC05550Moi qui pensait descendre, je commence par monter sur une route forestière sur l'autre versant de la Serra do Buçaco. Les Portugais devaient être au courant de mon passage car ils ont eu la gentillesse de m'encourager en mettant mes initiales un peu partout. Charmante attention !

DSC05552Vers midi, après une belle descente, je longe la rivière Mondego sur une route tranquille. Il commence à faire très chaud.

DSC05562Une fois installé au camping, je profite de l'après midi pour visiter la ville universitaire de Coimbra, dont voici le campus

DSC05565Le pénitencier

DSC05567le jardin botanique et l'aqueduc

DSC05572les rues-escaliers

DSC05577et vue du fleuve.

Le soir, je décide de manger dans un restaurant de quartier (Dona Elvira) qui ne paie pas de mine mais à l'intérieur, les serveurs sont en uniforme, le repas est excellent et très copieux, le vin du Dão est un délice et à la fin du repas, le resto est plein. J'ai eu une place parce que j'étais seul. Comme partout au Portugal, il y a des écrans partout et j'ai mis du temps à comprendre pourquoi tout le monde me regardait à une certaine table. J'étais simplement dans l'axe de l'écran qui diffusait du football !

Trajet Luso-Coimbra

Posté par city-voyager à 21:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 avril 2016

Luso

Luso 105 km

Aujourd'hui, après avoir grimpé pendant 2 jours, je redescends en empruntant la voie verte du Dão (Ecopista do Dão)

DSC05477Elle commence bizarrement au nord de la ville entre 2 immeubles

DSC05478Il s'agit d'une ancienne voie ferrée et les anciens panneaux ont été conservés

DSC05479A part quelques barrières mastocs, c'est un vrai plaisir de rouler sur cette piste

DSC05487train, panneaux solaires, toilettes, passages sécurisés, tout y est

DSC05496beaucoup de vignes, le vin du Dão est d'ailleurs réputé

DSC05505la piste vire au bleu quand on change région

DSC05509Je suis la rivière Dão et ses gros cailloux

DSC05511Les ponts ont été refaits pour cette piste cyclable : le grand luxe.

Mais comme elle a commencé, la piste s'arrête brutalement dans un chemin en contrebas du quai de la gare de Santa Comba Dão. Le détail qui ruine tout. Et l'accès à Santa Comba Dão se fait par la voie expresse en serrant un peu les fesses.

Excellent déjeuner (soupe, plat, dessert, boisson, café pour 6,50 € !) et je repars vers Luso sous une grosse chaleur

DSC05514Je suis l'autoroute sur une voie parallèle

DSC05516sauf que sur les ponts, il n'y a plus de voie parallèle. La vitesse est limitée à 50 km/h mais qui respecte cette vitesse sur une autoroute ? Je suis toujours à me demander si la voie parallèle ne va pas s'arrêter à un moment, mais quand c'est le cas, la vitesse sur la route est réduite à 50 ou 70 km/h. A un moment, interdiction au vélo, il faut passer de l'autre côté. Je rebrousse chemin sur la bas-côté, traverse et remarche à contre-sens sur 100 m. Contourner l'échnageur 2 km plus loin est également super compliqué. Bref, une vraie galère, impossible sans un GPS ultra précis. Je me retrouve ensuite sur des routes un peu plus tranquilles à l'assaut de la Serra do Buçaco. Des pentes à 15% pendant des kms sous un soleil de plomb. L'enfer !

DSC05525Mais finalement j'arrive au jardin botanique de Buçaco, l'entrée est payante pour les voitures mais gratuite pour les vélos

DSC05526des fougères géantes, une ambiance de jungle mais avec des routes pavées

DSC05529au centre le Palace Hotel de Buçaco, construit pour le roi mais fini après son abdication

DSC05531Une bonne bière bien méritée et très chêre

DSC05533Et après un tour du parc, je redescends abruptement vers Luso pour camper. Je suis épuisé. C'était une erreur de rejoindre Luso à vélo, le train faisait ça en 20 min et pour moins de 3 € !

Trajet Viseu-Luso

Posté par city-voyager à 21:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]